Les voies de l’oraison mentale

Les voies de l’oraison mentale

Prix normal
€15,00
Prix réduit
€15,00
Prix normal
Épuisé
Prix unitaire
par 

Vendu par : 1each.org

Ecrit par : Vital Lehodey

5% du prix reversé à aurant pour tous

Taxes incluses.

Dom Vital Lehodey, connu surtout par son excellent livre Le saint abandon, est aussi l'auteur de Les voies de L'oraison mentaLe.

Dans ce livre il s'adresse surtout à ses frères, moines contemplatifs.

L'essentiel de son texte convient très bien aux chrétiens qui recherchent eux aussi la sainteté, et qui ont besoin du grand moyen de la prière.

Au moment où il a écrit ce livre, en 1923, l'appel universel à la sainteté n'était pas un enseignement généralisé comme il l'est devenu après le concile Vatican II.
Il nous a semblé opportun, sans jamais changer le sens du texte, de le résumer parfois ou de couper les paragraphes destinés exclusivement à la vie monastique pour en rendre plus facile la lecture à un grand nombre de lecteurs.

Nous publions ici les deux premières parties, laissant pour un autre volume les chapitres qu'il a consacrées à l'oraison mystique. Le texte complet du livre est publié par Traditions Monastiques.

A propos de Dom Vital Lehodey

Dom Vital Lehodey est une des grandes figures spirituelles du XIXe siecle, qui rayonna durant plus d'un demi-siècle à la tête du monastère de Notre-Damede-Grâce (Trappe de Bricquebec). Ordonné prêtre à Coutances en 1880.

Très vite attiré par la vie monastique, il entre à la Trappe en 1890 Il en devient abbé émérite en 1929 et y meurt le 6 mai 1948, après cinq années de paralysie.

Dans un ouvrage autobiographique, Dom Vital Lehodey a notamment écrit « J'avais cherché la sainteté de prime abord dans les austérités, et certes elles ont leur prix et nous devons nous y porter avec amour ; plus tard, je crus la trouver dans les voies de l'oraison, dans l'union la plus intime de l'esprit et du cœur avec Dieu, et c'était un réel progrès ; mais maintenant je m'efforce de l'obtenir par la sainte petitesse avec l'obéissance filiale et le confiant abandon.

C'est assurément beaucoup mieux. Y a-t-il quelque chose de plus élevé ? Jusqu'ici, je ne crois pas ».